top of page
bon.png

Une vie qui continue dans le bon sens...

Pays du monde

Courage (le safran), paix et vérité (le blanc), foi et prospérité (le vert)...


INDE




...voici donc les cinq piliers de la nation indienne au travers des couleurs arborées sur son drapeau et elles nous vont si bien !


Dans notre précédent article, nous abordions le côté économique de ce beau pays. Figurez vous que le symbole planté au beau milieu de ce morceau de tissu flottant au gré du vent ne représente rien d'autre que le Charkha de la régénération économique de l'Inde et l'ardeur de son peuple au travail. Tout est dit !


En route sur le chemin de la gare alors que nous nous apprêtons à prendre le train pour le centre ville historique, nous croisons deux de ces vénérées demoiselles, des vaches grasses et nonchalantes qui squattent le milieu du carrefour. Les coquines sont gentiment invitées à dégager la circulation, amadouées à poignées d'herbe fraîche que leur tendent les camelots riverains.


L'image nous enchante d'autant que notre Sylvette nous en a souvent décrit les scènes au cours de nos soirées à Saint Louis au Sénégal ...bisous à toi Sylvette ;-).

Un peu plus loin, c'est une enfant funambule qui fait son show sur la placette.


Nous sautons finalement dans le premier wagon qui se présente à nous et, aux travers des regards goguenards que nous croisons, nous devinons que nous ne sommes peut-être pas dans la classe pour laquelle nous avons réglé nos billets. Peu importe, nous y sommes très bien, les sourires sont doux et, de toute façon, nous sommes talonnés par des dizaines de voyageurs qui se bousculent avant que le convoi ne s'ébranle. Toutes portes ouvertes, nous traversons la grande banlieue cheveux au vent, fermement agrippés à nos barres de maintien.



Arrivés au terminus de Churchgate, nous laissons la foule sortir, hallucinante !


Pour rejoindre l'Indian Gateway, nous partons un peu "à la boussole" dans le coeur de cette ville tentaculaire, longeons de splendides bâtiments de style Victorien, traversons le Cricket Ground (vaste terrain herbeux où des milliers de joueurs s'entrainent en vue des prochains tournois), une vraie institution.




Nous reprenons notre chemin à travers le quartier et arrivons enfin au monument dont le parvis commence à se remplir d'une joyeuse et grouillante fourmilière.




C'est alors que nous nous arrêtons devant un magnifique dessin éphémère élaboré avec des poudres de couleurs. En effet, la veille les indiens commémoraient le quatorzième anniversaire du terrible attentat du 26 novembre 2008 et ce jour, nous découvrons une ville dont chaque croisement croule sous les fleurs et les compositions artistiques.



Après nous être attardés devant la porte colossale et le fameux Taj Mahal Palace,




nous quittons bien vite les lieux et payons les services d'un taxi-guide pour nous accompagner dans la visite de cette mégapole.



Bala est intarissable en histoire, de la petite comme de la grande et nous repaît d'anecdotes toutes plus intéressantes les unes que les autres. Ici, au pays de Gandhi,



l'ancien colon britannique ne semble pas avoir laissé de si mauvais souvenirs. Au contraire ! Selon notre homme, au moment de l'indépendance, l'Angleterre leur a permis une saine émancipation à commencer par la frappe de leur propre monnaie. On est bien loin de la FrançAfrique...

Les bâtiments sont respectueusement entretenus, tout comme l'âme britannique. La ville est magnifiquement arborée et pourvue de somptueux espaces verts tels les Jardins Suspendus sur la presqu'île. Partout règne la discipline, le savoir vivre et le respect, même chez les plus modestes. So british !



Bala nous amène ensuite aux lavoirs municipaux, la plus grande laverie à ciel ouvert au monde. Ici se côtoient les petites mains, du débutant au père de famille en transition entre deux jobs. Certes la rémunération n'est pas mirobolante mais elle aide à démarrer ou redémarrer dans la vie. Soudain, au détour d'une ruelle, nous tombons sur un local où s'installent des machines ultra-modernes de marque allemande pouvant laver et sécher jusqu'à 30 kg de linge à la fois. Je connais bien cette marque pour en avoir acquis par le passé, et j'en connais aussi le montant. Ces mastodontes devant nous coûtent au bas mot entre 15 et 20 000 euros pièce. Ne jamais sous-estimer la capacité des indiens à investir, même dans le quartier le plus défavorisé !



Notre visite se poursuit en longeant la grand plage de Mumbai, Versova beach, puis le petit port traditionnel où stationnent des bateaux multicolores. La mer est si polluée que ces forçats de l'océan naviguent sur des dizaines de miles avant de trouver des eaux saines et d'y jeter leurs filets.



Enfin, nous terminons par "La City", haut lieu de la finance situé un peu en retrait du remblai huppé de Princess Necklace, à l'extrême Sud de Bombay. Notre virée s'achève par un détour par les beaux quartiers aux maisons de style Art Déco jalousement gardées par des hommes en civil, discrets.



Ici, les hauts dignitaires voisinent avec les stars Bolliwoodiennes. Nous reviennent alors en mémoire ces merveilleux films tel "Slumdog Millionnaire" ou encore les acteurs choisis pour incarné petit et adulte le personnage de Saroo dans " Lion", deux histoires vraies portées à l'écran avec succès (et que nous vous conseillons).



C'est ainsi que s'achève notre court séjour à Mumbai, ravis de cette escapade urbaine qui nous aura définitivement réconciliés avec "la ville".

Biz à vous tous, on pense à vous.


49 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page