top of page
bon.png

Une vie qui continue dans le bon sens...

Pays du monde

Retour vers le futur...

Dernière mise à jour : 21 mai


THAÏLANDE





Ça y est, enfin ! Nous quittons le Laos par le bus que notre logeuse nous a réservé. Il y a comme un air de fête qui flotte ce matin...Nous retournons vers le futur !

Pourquoi ce titre ?

Repasser par la Thaïlande avant de faire le "grand saut"était notre souhait le plus cher ; nous y avons passé tant de merveilleux moments lors de notre première halte avant le Laos. Et puis, outre le fait que nous ayons besoin de nous poser après ce séjour "agressif", il nous faut préparer le futur (un peu tout de même)... la suite de notre tour du monde démarrera ce 16 janvier.


Nous franchissons la frontière par le pont de l'Amitié situé à une vingtaine de kilomètres de Vientiane vers 11h30 et, une heure plus tard, nous prenons possession de notre voiture de location à Nong Khaï, juste en face du poste des douanes.


Poste frontière de Nong Khaï


Les formalités sont d'une simplicité déconcertante, à tout point de vue. D'une part, la Thaïlande n'exige plus de visa pour les ressortissants français et ce, depuis 6 mois environ et, d'autre part, louer un véhicule à une agence locale (oubliez Hertz, Avis et autre entité occidentale) ne nécessite ni caution ni présentation de permis de conduire international. A ce sujet, je vous informe que ce document n'est plus demandé nulle part. Une simple traduction officielle suffit. Vous l'obtenez en ligne en 24h, elle coûte environ 35 euros, 40 dans certains cas et est valable à vie.

Alors ne lisez plus les co...ries distillées sur la page des affaires étrangères françaises où tout est bon pour vous dissuader de voyager, histoire de vous garder sous la main...surtout que vous dépensiez sur le territoire (car il n'est question que de cela, n'en doutez pas !).


Lionel prend sa voiture en main puis nous dirige vers un charmant hôtel de bord de lac, à 2 km de Nong Khaï. Quelque chose nous trouble dès notre arrivée sur le parking. Nous nous installons, puis nous revenons au restaurant de l'établissement où nous nous assayons en terrasse, face à la pièce d'eau. Nous réalisons tous deux au même instant ce qui nous a mis en alerte au moment de descendre de voiture : le chant des oiseaux !

Des milliers de volatils nichent dans les hautes herbes et sur les bancs de lotus. Un enchantement ! Du même coup, nous analysons une partie du malaise qui nous a envahi au Laos. Là-bas, nous n'avons ni entendu, ni vu d'animaux sauvages durant 5 semaines, hormis un serpent à Don Det. Tout s'explique !


Mais pourquoi avoir choisi de sortir à ce point de frontière ? Et bien en voici les raisons.

Passant nos soirées laotiennes à rêver de Thaïlande et toujours en recherche de nouveautés, nous sommes tombés sur une documentation décrivant les "baleines de Hin Sam Wan", localisées en bordure du Mékong. Des baleines au Nord de la Thaïlande ?!?! Mais bien sûr !

De plus, j'avais bien noté que la pleine période de floraison des lotus rouges tombait pile à notre sortie de territoire. Il nous fallait impérativement saisir l'opportunité avant de descendre sur Bangkok.


Nous prenons dès le lendemain la route des baleines par le chemin des écoliers. Une merveille ! La campagne est si belle dans cette région, ou plutôt devrais-je dire la jungle!

Nous découvrons le site de Hin Sam Wan complètement noyé dans cette nature exubérante d'où émergent, effectivement, 3 énormes formations géologiques vieilles de 75 millions d'années et dont la forme de cétacés ne laisse aucune place au doute.

Ces promontoires rocheux se dressent face à une vaste plaine agricole et arboricole qui s'étend en direction de la frontière, hissés là en protecteurs du royaume, comme pour éloigner le mauvais sort !

Subjugués, nous y passons presque deux heures à contempler le paysage. Nous nous prenons en photos dans des postures rigolotes, comparons ce site à celui de la grande plaine tanzanienne de Manyara devant laquelle nous nous étions extasiés au lever de soleil. Il plane ici comme un sentiment de commencement de l'humanité. Sensationnel !


Dans cette zone, la nature a décidément joué avec les formes. Ici des marmites à plusieurs dizaines de mètres au-dessus du sol, là un éléphant sculpté dans la roche, ailleurs, une porte donnant sur la plaine ou encore une tête de lion. Bref, une savane figée pour l'éternité !


Vue aérienne des rochers des 3 baleines




C'est en longeant le fleuve que nous découvrons une plage gigantesque qui comble une grande partie du méandre. Lionel se voit de retour au Sahara tant la surface est vaste et pure, vierge de toute trace de pas. Et puis, il y a ce vent qui vient s'ajouter à la magie en soulevant les grains qui viennent battre puissamment nos jambes. Il fait un froid de gueux ce matin là !



La plupart s'offre un Noël traditionnel au coin du feu et autour d'un repas où le foie gras rivalise avec les huîtres et la dinde. Puis, chacun ouvre son cadeau le moment venu.

Pour notre part, il y a fort longtemps que les présents ne sont plus mis sous le sapin. Dès 2018, il a été convenu que nous n'offririons que des "moments", de ceux qui resteront très longtemps ancrés dans les mémoires et que nous pourrions partager des années durant. Depuis, le monde a changé et nos familles se sont évaporées mais notre "tradition" est bien restée, elle !

Alors ce 25 décembre 2023, c'est la nature qui nous offre son plus beau cadeau et aujourd'hui, regardez, tout est rose !

La gentillesse de nos bateliers enjolive encore un peu plus ce merveilleux moment. Tout le monde est de bonne humeur, ça rit, ça chante sur les bords du lac.

Merry Christmas les amis !


CLIQUEZ SUR L'IMAGE



Changement de décor en ce 26 décembre ! Nous descendons à la capitale. Et pas n'importe où : au beau milieu de Khaosan Road, l'antre des fêtards, de la bibine et du chichon en vente libre.

Les scènes de rue ne peuvent qu'inspirer la gaité. La musique se joue à donf jusqu'à 5h du matin, certains se baladent torse nu, des brochettes de scorpion, de serpent ou d'araignée dans chaque main, les lady-boys se pavanent dans leurs plus extravagantes tenues de soirée. Partout l'odeur des street-foods envahit la rue et on se fait racoler ici pour un massage thaï, là pour une babiole venue de Chine. Du grand Mendes, mais quelle expérience de fou ! Assurément, c'est à vivre au moins une fois dans sa vie.


Mais Bangkok est très loin de ne valoir que cela.



Malgré la modernité qui lui a été insufflée ces dernières années, cette ville regorge de trésors tels que les parcs et jardins royaux, des temples (Vat Pho, le grand Palace) encore plus beaux que ceux jamais visités jusqu'alors, les vieux quartiers ou encore la maison de Jim Thompson inspirée de la plus pure tradition architecturale thaï. Bangkok, mégapole grouillante, est aussi une Venise surprenante, reposante. D'ailleurs, on peut facilement la visiter exclusivement en bateau-taxi, louvoyer entre les maisons sur pilotis ou les marchés flottants. E-pa-tant !

Tous les quartiers sont animés. Nous avons également découvert l'agglomération en prenant le métro aérien qui serpente entre de hauts buildings, un peu comme celui de Tokyo, toute proportion gardée. La China town est implantée en partie le long des canaux et nous y prenons un déjeuner sous l'oeil curieux d'un lézard aux faux airs de dragon de Komodo. Bangkok nous a conquis !


CLIQUEZ SUR L'IMAGE 


Une sortie au légendaire Train-Market s'impose, alors nous partons pour la journée et en profitons aussi pour faire Damnoen Saduak Floating Market !

La ligne ferroviaire fut construite en 1905 au milieu d'un marché existant mais celui-ci n'a jamais déménagé malgré le passage du train.

Nous prenons peur dès notre montée à bord du taxi, car il semble que nous partions en convoi avec une vingtaine de personnes. Rédhibitoire pour nous ! Finalement, une fois sur place, le groupe se disperse et nous nous retrouvons au milieu des locaux à savourer ses instants privilégiés, bien plus typiques que la train-street de Hanoï au Vietnam ou que les marchés soit-disant flottants du delta du Mékong. Une journée au paradis !



Mae Klong Train Market


Damnoen Saduak Floating Market

CLIQUEZ SUR L'IMAGE




En attendant l'arrivée de notre avion qui nous amène à Krabi pour la dernière partie de notre séjour en Asie, je vois mon chéri s'agiter à la fenêtre de la salle d'embarquement. Le connaissant, il y a forcément quelque chose de sérieux qui vient de l'interpeler !

L'avion officiel de l'équipe de foot de Leicester City vient de se garer sur le tarmac juste sous ses yeux. Un peu déçu ! Il sait que les joueurs ne sont pas à bord car l'équipe joue le lendemain en Angleterre. Cependant, il s'agit sûrement du Président du club, un businessman thaï du nom imprononçable de Aiyawatt Srivaddhanaprabha, venu passer les fêtes au pays.





Notre avion affichant un copieux retard, nous arrivons juste pour le réveillon que nous passons à la terrasse d'un bon restau de notre quartier résidentiel situé à 6km du centre de Ao Nang. Au menu : friture de crevettes, noix de coco et bibine puis barracuda sauce à l'ail et citron vert accompagné de petits légumes. Et pour finir, une grosse glace bien dégoulinante de chocolat pour mon bec !

Quelle joie de retrouver nos marques, la douce chaleur de la côte Sud, les eaux turquoises et la gentillesse des locaux.



La fête ayant dû battre son plein toute la nuit, c'est sur une plage déserte que nous arrivons ce matin du 1er de l'an où les bateliers semblent se languir, faute de clients. Nous sautons dans le premier long tail disponible et arrivons au paradis dès 8h30 à Railay Beach, seuls au monde !

Ben, mes potos, y'a pire pour débuter l'année, croyez moi !



Nous adorons le kayaking et, cela tombe bien car nous avons un site peu commun juste à côté de notre logement.

Toujours de bon matin, nous partons pour Klong Root, un lac artificiel de plusieurs hectares, alimenté par une source d'eau cristalline. C'est un Eden insoupçonné ! Nous sommes en pleine nature, paradis des échassiers et des orchidées sauvages. Encore aucun bruit ne vient troubler ce silence de cathédrale. Nous sommes à mille lieues du tourisme de masse. Les fêtards se contentent de rester au même endroit tout au long de leur séjour, sur les plages de renom ou accrochés au comptoirs des bars de leurs "resorts". Et pendant ce temps, nous pagayons au milieu des racines et des arbres submergés par les eaux. La navigation est étrange et réclame énormément de concentration...faute de quoi, nous nous retrouvons vite plantés au beau milieu du lac sur un tronc affleurant ! Nous rions beaucoup de nos mésaventures du moment. Mais la récompense est au bout de la mangrove ! Un lagon caché au milieu de la forêt offre un site de baignade relaxant.




Nous continuons à profiter du soleil et d'une eau de baignade à 30°C, qui vont beaucoup nous manquer dans les 3 ou 4 mois à venir.

Alors nous prenons régulièrement le bateau pour atteindre les plages et criques de Railay. Lionel part à l'aventure, me laissant sur ma serviette. Un jour il grimpe à flanc de falaise et en pleine jungle, sans harnais, se battant avec les lianes géantes ou enjambant d'énormes racines. Et tout ça pour quoi ? Pour découvrir un lagon d'altitude où seuls les experts osent s'aventurer. Un sale gosse, j'vous dis. Il était déjà comme ça petit !

Un autre jour, je l'accompagne en snorkeling autour des îles faisant face à Ao Nang. Il y passe des heures à taquiner les poissons, les méduses et à s'extasier devant des coraux de toute beauté.

Il va bientôt lui pousser des nageoires !




Pendant que Monsieur par en mission, je photographie les singes espiègles qui se balancent dans les arbres ou j'explore les grottes comme celle de Railay Est. De loin je devine des totems colorés nichés au fond des cavités. Curieuse de nature, je décide d'aller voir de plus près. Plus j'avance, plus je m'interroge ! Finalement, je constate que je suis au milieu de centaines de phallus dressés (j'en n'avais jamais vu autant dis donc ! ), de toutes tailles et de toutes les couleurs. Hilare, mes pensées vont instantanément à Pierre Perret et sa chanson coquine !

Outre le côté comique que m'inspire cet endroit, et alors que l'islam et le bouddhisme d'état sont très présents dans cette région du Sud, le temple animiste de "Phra Nang Cave", dite "grotte aux Phallus" est dédiée à la fertilité, à la chance et au bonheur...Tu m'étonnes ;-)))) !





VIDÉO :

RAILAY BEACH ET SNORKELING


Il est impossible de venir en Thaïlande sans passer une soirée dans un stadium international dédié à la boxe thaï. Certains peuvent trouver ça violent ( le karaté et le kung-fu le sont tout autant), mais rappelons qu'il s'agit à la fois d'un art martial et d'un sport de combat aux traditions bien ancrées et à la philosophie bien établie. Seules l'agilité et la précision des coups sont enseignées puis jugées sur le ring. Le fairplay est total et le spectacle garanti.

Les pratiquants arrivent ici des quatre coins de la planète pour s'initier auprès de professeurs de renommée mondiale.

Nous passons une soirée extraordinaire dans le carré VIP, nous permettant ainsi de saluer les combattants de toutes catégories, femmes comprises. Intense !