top of page
bon.png

Une vie qui continue dans le bon sens...

Pays du monde

Des jours heureux !

Dernière mise à jour : 2 avr. 2023


LES MALDIVES

Atoll Rasdu



Cet article est écrit ce 26 février 2023. Henri, le papa de Lionel vient de nous quitter ce matin. Nous sommes en plein flashback !

Tout nous arrive pêle-mêle :

Les années au camping et les défilés déguisés.

L'enfance de Lionel aux Marichons.

les jours heureux de leurs visites au Maroc.

Les rires autour de ses blagues à deux balles et les tournées d'apéro au mobile-home.

Nous pleurons, nous sourions et remontons le fil de l'histoire.


Ce matin, mon chéri a rendez-vous chez le coiffeur qui passe nous chercher à moto. Puis au retour, le jeune homme fait un détour par chez sa soeur qui possède une chapelle privée sur sa propriété. Décidément, le hasard n'existe pas !

Alors nous nous recueillons un instant en mémoire de "Riton la classe" comme il aimait à se nommer.

Pour moi, c'était un "mec" en or ! Tout d'abord client de mon établissement dès 1989, il est devenu en 2018 mon beau-père, de ceux que toute femme aimerait avoir. Un blagueur, sensible, d'une gentillesse sans égal.

Tu vas beaucoup nous manquer "beau-papa"....

Nous te dédions ce merveilleux voyage aux Maldives, ce "désert bleu" où nous avons fêté nos anniversaires.



Arrivés le 24 novembre 2022 en Inde, la date à laquelle nous devons sortir arrive à grand pas pour valider notre visa.

Nos 5 ans de vie commune et les 44 ans de Lionel tombant pile poil cette semaine là, nous décidons de nous offrir ce qu'il y a de mieux en matière d'exotisme et de beautés marines. Les Maldives toutes proches de l'Inde s'imposent donc comme une évidence.

Ce chapelet de terres au milieu de l'océan indien, c'est :

- 1387 îles

- réparties sur 26 Atolls

- lesquels s'étirent sur 1 200 km de part et d'autre de l'équateur

- et la première destination touristique mondiale de ces 3 dernières années.

- Les températures oscillent toute l'année entre 27 et 30° et l'eau affiche 26 en permanence.

Carte détaillée des Maldives

Atoll Rasdu vue du ciel

Comme à son habitude, Lionel choisit une île "village", loin des gros resorts qui parsèment ce paradis terrestre. Comme vous nous connaissez bien à présent, la vie au plus près des locaux pèse autant dans la balance que le site en lui-même. Notre choix se porte donc sur Rasdu, île située à 70 minutes de navette rapide de la capitale, Malé. Cette île boisée de cocotiers et de manguiers a toujours été habitée par une communauté de pêcheurs alors que d'autres se spécialisaient déjà dans les potagers. Car oui, il y a de l'eau douce sur certaines et on la trouve à plus ou moins 3 m de profondeur. De nos jours, ce sont les usines de désalinisation qui prévalent et tournent à plein régime. Il faut bien alimenter les énormes hôtels et les innombrables maisons d'hôtes des atolls. Il existe aussi des "îles cachées" qui font office de déchèterie et où sont employées des armées de petites mains venues du Bangladesh.

Quand à l'électricité, elle est fournie par d'énormes générateurs alimentés au gasoil.


Nous sommes accueillis par Keana et sa famille, propriétaires de la maison Madivaru Kro située en plein coeur de l'île. Du milieu du carrefour, on peut voir la mer des quatre côtés.

Les rues sont en sable blanc, bordées de palmes magnifiques qui prodiguent un doux et rafraichissant ombrage à ce caillou baigné de soleil.



ÎLE DE RASDU :

Nos journées s'égrainent lentement entre les matinées à la plage où nous barbotons à loisirs dans une eau cristalline aussi chaude qu'une baignoire, les plongées dans le lagon ou nos marches de fin d'après-midi à travers les ruelles pendant lesquelles nous découvrons ici un chantier maritime traditionnel, là un marchand de glaces artisanales ou un restau de poisson. Le soir au port, au retour de la pêche, nous assistons au repas des requins qui viennent rôder autour des bateaux et regardons de vieux hajjs jouer aux échecs sur les quais.


Nos hôtes prennent le temps de nous documenter sur les traditions locales et la culture maldivienne. Leur gouvernement est très avancé socialement et bien que les salaires soient bas (pour un européen), tous les soins sont gratuits y compris les transferts en bateau rapide vers la capitale. Si par malheur le centre hospitalier ne pouvait procéder à une opération délicate, le patient est envoyé gratuitement à l'étranger. Ça calme !!!!

On discute immanquablement de la période "covid" aussi !

Ici aucune restriction n'a été mise en place à l'intérieur des Maldives en 2020, ni même après. Les malades ont été soignés, pas de masques, pas de lock down, des injections uniquement pour les personnes très âgées et encore...Bref, personne ne les a emm...et la vie a continué comme si de rien n'était. Les pêcheurs continuaient leur activité et les denrées habituellement importées de l'étranger affluaient normalement par cargos.


Après nos couchers de soleil sur la plage, nous regagnons nos pénates et passons une partie de la soirée à discuter avec le papa et la maman de Keana.

Cette dernière me raconte qu'autrefois, les filles étaient mariées jeunes et peu importait leur degré d'éducation pourvu qu'elles aient le teint clair...un atout majeur et un critère de beauté sous ces latitudes. Il est entendu que les temps ont changé et que ces demoiselles aussi partent à Malé faire leurs études.


La veille de partir, je trouve un joli panier sur la table du petit salon. Il est rempli de coquillages blancs de tous modèles. J'y plonge ma main comme autrefois dans la boite à boutons de ma mamie Berthe chez qui je passais mes vacances. Un spécimen retient particulièrement mon attention, un cauri de porcelaine. Il a une forme de tête de Madone ceinte d'un bonnet et son centre est translucide. Voyant ma curiosité, la maman s'approche et en choisit deux qu'elle m'offre spontanément.

Ces coquillages étaient la monnaie locale des Maldives (et manifestement de Madagascar aussi) avant que les billets n'apparaissent. Je suis profondément touchée d'autant ils portent bonheur. La femme s'est prise d'amitié pour moi depuis notre arrivée.


COQUILLAGES ANCIENNE MONNAIE :


REPAS DES REQUINS SUR LE PORT :

Nos activités de la semaine sont plus que variées et la plupart sont organisées par Keana lui-même.

Les Maldives étant le troisième spot de snorkeling et premier de plongée au monde, Lionel s'en donne à coeur joie. Chaque matin, il part nager avec les poissons exotiques, les requins-nourrices, les raies mantas ou les tortues marines. Pour ma part, je préfère farnienter sur les plages de sable blanc et faire trempette, me contentant de la douce caresse du soleil et des eaux limpides.

Cependant, je lorgne depuis un moment les kayaks de mer échoués sur la berge. J'adore ça ! Nous partons un matin de bonne heure pour l'île au pique-nique que nous rejoignons en 15 minutes à la rame et à contre courant. Puis, nous nous dirigeons vers la deuxième, un peu plus loin, et finalement nous arrivons rapidement au long sandbank juste derrière sur lequel nous nous échouons tels deux robinsons des mers du Sud ;-)))).

Le décor est grandiose, les eaux sont turquoise et profondes et, le Graal, nous en sommes les seuls visiteurs.

Lionel choisit ce spot pour y faire son repas d'anniversaire. Nous y passons toute la fin de matinée, dépités d'avoir à rentrer si tôt.

Le soir même, après le coucher du soleil et alors que nous rentrons doucement par la plage à la nuit, la nature vient nous jouer sa plus belle partition. La lune fait scintiller des milliards de lucioles de mer (plancton luminescent) que le ressac vient jeter sur la berge. C'est fascinant ! Par mégarde Lionel marche dans ce faisceau bleu électrique et s'en colle sous les pieds. Mon homme brille de mille feux ;-))) !


SNORKELING :


KAYAKING :


LUCIOLES DES MERS :


Le grand jour arrive et Keana nous amène sur notre banc de sable passer la journée.

Il nous y dépose vers 10h30 puis nous laisse pour un couple d'heures, le temps pour lui de revenir avec notre pique-nique. Dès lors, nous allons de surprises en surprises.

Chaises et parasol sont sortis du bateau, puis une table est joliment dressée pour ce grand jour.

Le déjeuner est servi. Un poisson grillé pêché du matin, du riz, des patates douces de trois variétés différentes et une salade de légumes sont au menu. C'est du délire ! Jamais nous n'avions envisagé autant.

Lionel se remémore ses mises en place dans son Sahara lorsqu'il recevait ses prestigieux clients. Aujourd'hui, c'est lui qui en profite dans ce désert bleu... Juste retour des choses !


Nous restons jusqu'à 16h profiter de ce décor féérique. Le soleil passe son après-midi à jouer avec les nuages, donnant à la mer des teintes improbables et le vent caresse nos cheveux.

C'est jubilatoire !


De retour au bercail, Keana nous précède à la maison d'hôte. En entrant dans le patio, ses parents sont là ainsi que leur employé, presque au garde à vous. Mais nous n'y prêtons pas attention.

En ouvrant la porte de la chambre, Lionel s'étonne de voir des pétales de fleurs au sol. Il allume et là, surprise...encore ! Notre lit a été décoré de fleurs de bougainvillier et de feuilles de palme finement découpées. Nos serviettes sont modelées en forme de cygnes et un énorme et magnifique gâteau d'anniversaire trône au pied du lit. Nous sommes stupéfaits, ne pouvant articuler le moindre mot. C'est tout bonnement remarquable. Tant d'attention et de délicatesse, tant de beauté et de magie au cours de cette journée finissent par me faire monter les larmes aux yeux.

Voilà ! C'est fini mais ce n'est qu'un "au revoir", merveilleuse Rashdoo. Quand ? Nous ne savons pas, mais c'est certain. Cet endroit est la deuxième destination que nous souhaitons refaire un jour, Madagascar en tout premier lieu (et revoir notre Marcel) !


Bye, bye Maldives !


ALBUMS PHOTOS

CLIQUEZ SUR L'IMAGE


VIDÉO :

(Le désert bleu)


100 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page