bon.png

Une vie qui continue dans le bon sens...

Pays du monde

Absolument zen !

Dernière mise à jour : 18 nov.


ÎLE MAURICE




Nous voici revenus à la civilisation ! C'est le choc des cultures dès notre sortie d'avion.

Les autorités nous font remplir un tas de paperasses que finalement personne ne prend la peine de regarder. On ne nous propose, dans un premier temps, que deux semaines de visa alors qu'on annonce d'emblée vouloir rester plusieurs mois. Dans la confusion, un barbu en djellaba, probablement un imam, nous grille la priorité devant le douanier revêche. Là, s'en est trop! Tout en restant zen, je me permets de lui faire la remarque en arabe. Le type me regarde encore, surpris de voir une "gaorette" lui coller sous le pif sa carte nationale marocaine et le remettre en place dans sa langue. Materchemch !


Bref, nous voilà sortis de l'aéroport et nous sommes perdus : pas de routes défoncées, pas de mendiants, pas de taudis, pas de bestioles à traverser la voie, pas de carrossas, tout est clean, calibré et bien organisé. Rien ne dépasse et, de prime abord, ça ne va pas nous plaire...

Mais dès le lendemain nous découvrons du balcon de notre studio les eaux turquoise du lagon de Mahébourg et les plages environnantes, idylliques !





Bien vite, nous trouvons un tacot à louer pour la durée de notre séjour puis partons à la conquête de ce caillou de cinquante-cinq kilomètres de diamètre posé au beau milieu de l'océan indien.






Maurice est une île couverte d'anciens volcans dominant des plages paradisiaques. Partout des sources se transforment en cascades, alimentant des torrents et de belles rivières noyés dans la verdure. Tout n'est que zénitude rythmée du gazouillis des oiseaux et de l'eau.


Nous partons à la découverte des sept cascades en compagnie de notre guide local, Raj, un homme adorable qui, après la rando, nous invite à partager le déjeuner chez lui...et à déguster son rhum arrangé. Le sens de l'hospitalité des mauriciens est légendaire et Raj et son épouse en sont de dignes ambassadeurs.



Rando des sept cascades :





Raj notre excellent guide

Tout proche, nous passons par le parc national de Black River avant de rallier "la terre des sept couleurs" de Chamarel puis nous nous perdons dans la campagne au beau milieu des champs de canne. Nous tombons sur les usines sucrières et les distilleries d'où est produit un rhum parfumé. Partout s'étendent des hectares de théiers dans lesquels on devine des silhouettes en pleine cueillette, la fameuse route du thé.



Parc national de Black River


Terre des sept couleurs de Chamarel


Route du Thé :


Vous visitons de nombreuses grottes aussi, domaine privilégié des chauve-souris et des piafs cherchant le frais dans les tubes volcaniques et nous nous baignons dans des bassines de pierre de lave, loin des sentiers touristiques, au milieu des plantations d'ananas.

Cette île est magique !




Son histoire est récente et commence avec sa découverte par les portugais au tout début du 15ème siècle. Cette terre, certainement inhospitalière à l'époque, était alors totalement inhabitée.

Puis les colons hollandais débarquent en 1598 et y resteront jusqu'en 1715, virés par les français, eux-même jetés dehors de force par les anglais en 1810.

La forte dominance indienne dans la population s'explique peut-être par l'immigration choisie par les britanniques en leur temps.

Maurice obtiendra son indépendance en 1968.


Dans presque chaque village s'élèvent de grands temples hindouistes aux couleurs chamarrées, comme celui de Grand Bassin surplombant le lac sacré. A chaque coin de rue où sur certaines plages se dressent des statue(tte)s de toutes tailles de Ganesh ou de Shiva au pied desquels des offrandes de fleurs ou de fruits ont été déposées. Partout de la couleur, des senteurs et de la ferveur, déjà un avant gout de notre prochaine destination...




Lionel se met au snorkeling et plonge plusieurs fois par semaine à la pointe d'Esny où les fonds marins sont exceptionnels. Il part à la rencontre de poissons multicolores, de coraux énormes, de concombres de mer et autres étoiles.



Et puis un jour il décide de grimper le Morne. Raj lui avait donné les coordonnées d'un de ses bons amis, Dario. Le type est un expert en escalade certes, mais je ne me sentais pas assez forte pour entamer cette ascension pour le moins sportive avec les gars.

Alors, je reste les attendre sur la plage en bas, une des plus belles de l'île. Initialement partis pour quatre bonnes heures, voici que mes deux larrons sont de retour avec une heure d'avance. Lionel est ravi de son exploit et Dario tout autant de son élève très performant.

Mon chéri est subjugué par ce qu'il vient de voir. D'en haut, à 525 mètres, on surplombe toute la baie, son lagon et le trompe-l'oeil de la "cascade sous-marine". Le spectacle est peu ordinaire. Il s'agit d'une chute de sable plongeant à plus de 4 000 mètres de profondeur, partant du plateau côtier et entrainé vers les abîmes par les courants océaniques. Le phénomène ne se découvre que du ciel.








La cascade sous-marine


Plage du Morne


Avant de quitter la civilisation "occidentalisée" de Maurice, nous ne pouvions pas faire l'impasse sur la visite de la capitale, Port-Louis. Mise en route voici un mois, nous prenons la navette express (métro aérien) à quelques encablures de notre appartement et partons pour l'aventure urbaine.



La ville est vraiment plaisante et pleine de contrastes. Les buildings modernes côtoient les bâtiments anciens. Et puis nous nous précipitons vers la China Town locale où nous trouvons de suite ce que nous cherchons depuis des mois pour continuer notre aventure : des valises souples et légères. Le grand marché central regorge de victuailles et "le grand bazar" façon souk marocain nous enchante. Nous sommes de retour dans notre élément !





Nous continuons notre séjour par une visite au Nord, haut lieu touristique de Maurice. Nous déambulons dans les allées de l'incontournable jardin botanique de Pamplemousse, petit paradis vert et paisible.




Puis nous passons par la plage de Trou aux Biches, autrefois certainement pourvue d'un grand estran mais qui semble avoir disparu. Montée des eaux, là aussi ?

Nous prolongeons en traversant Grand Baie, Peyrebere, Bain Boeuf et l'anse de la Raie. Tous ces lieux ont perdus leur âme, défigurés par une urbanisation débridée, domaine réservé des hôtels, des golfs et des résidences de tourisme ayant privatisé, une fois de plus, les rares plages. Mais quelle manie !!!



Plages de Grand Baie et Peyrebere :


Plage de Trou aux Biches


Vidéo Île Maurice (partie 1)


Vidéo Île Maurice (partie 2)


Cette destination tombait à point nommé. Après quatre mois et demi de baroud africain non-stop, il nous fallait du repos, un minimum de confort et surtout un bon réseau Internet afin de continuer nos articles et de mettre nos vidéos en ligne sur Youtube.

(lien de la chaine en bas de page du blog).

Un prochain article arrivera sous peu, le dernier avant le grand saut, toujours en mode anti-horaire.

Biz les amis. On pense à vous.



Visionnez nos albums photos en passant par la carte interactive ci-dessous :



CLIQUEZ SUR L'IMAGE


50 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout